0
Publié dans Vie associative
avril 10th, 2019

Un paysage associatif qui ne jaunit pas

Les indicateurs seraient plutôt au vert si l’on en croit les dernières analyses de Viviane Tchernonog et de Lionel Prouteau, rapportées dans le Juris associations n°596 de ce mois avril. En 2017, on compte 1,5 million d’associations actives en France. Il s’en crée environ 70 000 par an, dont la moitié accède à une existence durable. L’emploi du secteur associatif représente 10% de l’emploi privé, réparti entre 159 000 employeurs. Le poids économique des entreprises associatives est évalué à 113 millards d’euros, soit 3% du PIB (Produit Intérieur Brut). Et enfin, 22 millions de Français déclarent participer à des activités bénévoles, ce qui fait remonter le score national au niveau des pratiques les plus élevées des pays de l’Union Européenne. En 2007, Le Paysage associatif français n’en comptait que 14 millions. En 10 ans, le nombre de bénévoles a presque doublé !

Répartition des associations selon les secteurs d'activité

    Entre 2007 et 2017 la répartition des secteurs d’activité n’a pas évolué de manière significative. Le paysage associatif n’a donc pas beaucoup changé en 10 ans. Le secteur « humanitaire, social et santé » reste le plus important, en mobilisant 51% des budgets cumulés. 

    Évolution de la part des femmes parmi les dirigeants d'associations

    A l’image de la société, les femmes progressent dans les fonctions de responsables. Elles occupent de plus en plus de postes de direction au sein des exécutifs associatifs et se retrouvent même à égalité avec les hommes en 2017. Mais le profil moyen du dirigeant reste identique : un homme, retraité et diplômé du supérieur. La précarité ne favorisant pas l’engagement, les demandeurs d’emploi sont toujours très peu représentés parmi les dirigeants.

    Structure des ressources budgétaires des associations sans salarié

      Les « petites » associations ne comptent que sur leurs ressources propres pour financer leurs actions. Elle fonctionnent majoritairement avec des bénévoles, plus nombreux sur la période 2011-2017, avec une croissance annuelle en volume de 4,9% par an.

      Structure des ressources budgétaires des associations employeuses

        Les associations employeuses ont compensé la baisse des subventions publiques par une augmentation de leurs recettes d’activité. Elles ont pu ainsi résister à la crise sans toutefois faire l’économie de certaines restructurations. Entre 2007 et 2017, 200 000 emplois associatifs auraient ainsi été perdus.

        Origine des financements des associations sans salarié

          Les associations sans salariés ne font appel que faiblement aux aides publiques ou privées mais gardent toujours un lien privilégié avec leur commune. 

          Origine des financements des associations employeuses

            Les associations employeuses diversifient leur mode de financement. Mais ce sont les usagers qui en portent la plus grande part. Dans un contexte de pouvoir d’achat en baisse, cette source de financement n’est peut-être pas sans limite.

            Avec un tel palmarès, comment ne pas s’interroger sur la prétendue défiance des Français vis-à-vis des corps intermédiaires ? 22 millions de personnes qui donnent de leur temps et qui partagent leurs compétences sans aucune contrepartie, ce n’est tout même pas rien. 

            Tous les graphiques de cet article ont été produits à partir des tableaux de données publiés par Juris Associations dans son numéro 596 d’avril 2019. 

            Le paysage associatif français sera distribué à partir du mois de mai 2019, Juris éditions/Dalloz.

            Commentaires et avis